L’éco-conception d’un site web

    L’éco-conception d’un site web

    Pour réduire l’empreinte écologique et environnemental, il est possible de concevoir des sites web moins énergivores et tout aussi performant grâce aux principes de l’éco-conception web.

    L’urgence climatique, la transition écologique nous amène à être acteur de nos façons de lancer une marque, d’imprimer, de co-créer des sites web ou encore de créer des applications.

    Colibri communication repense la communication globale et travaille sur l’éco-conception des sites web et applications, moins énergivores, porteuses de sens et plus respectueuses de l’environnement.

    En effet, chaque jour les français utilisent smartphone, ordinateur, tablette, console de jeux, GPS… pour acheter, communiquer, partager… Mais peut-on réduire l’impact du numérique sur notre environnement ? Est-ce que les entreprises peuvent intégrer une conception responsable des outils numériques ?

    Et oui, nous avons le choix d’être acteur de toutes nos pratiques et même celles du numérique. Au sein de l’agence de communication Colibri communication près de Saint-Malo, nous proposons la sobriété numérique et le respect des principes de développement durable et d’environnement dans l’éco-conception d’un site web. Et nous alons vous donner des clés de compréhension pour envisager le meilleur avenir et élargir le champ des possibles !

    Les 3 principaux avantages de l’éco-conception d’un site web pour une entreprise

    1. L’économie financière

    L’éco-conception d’un site web a tendance à faire réaliser des économies à l’entreprise. En prenant le temps d’optimiser la stratégie digitale avec une réflexion approfondie en amont. Notamment en axant le site web sur les besoins des clients également appellé UX Design. Tout en permettant à vos clients de consulter votre site web sur tout support également appellé Responsive Design.

    De plus, en réduisant le nombre d’applications, vous augmentez la qualité et la pertinance de votre site web. Les sites internet conçus de manière sobre et responsable ont une durée de vie supérieure. Ce qui se traduit par une économie financière pour l’entreprise.

    2. Limiter l’impact sur l’environnement

    Aujourd’hui le numérique représente entre 3 et 5% des émissions de CO² dans le monde.

    Pour réduire l’impact environnemental du numérique, l’agence de communication éco-responsable Colibri communication vous invite à allonger la durée de vie du matériel digital ou à lui donner une seconde vie.

    En réduisant le phénomène d’obsolescence programmée, nous avons également le pouvoir de réduire l’extraction des minerais en Afrique ou en Chine et donc de limiter la consommations de ressources naturelles.

    3. L’innovation technologique

    Nous vivons dans un monde où tout s’accélère. Créer de manière responsable est un véritable levier d’innovation. Opter pour des solutions digitales sobres, efficicaces et consommant moins de ressources permet de garantir une expérience utilisateur optimisée. Cette démarche d’amélioration continue apporte une vision globale et innovante sur son marché et ses produits et permet d’envisager de nouvelles perspectives de partenariats avec ses clients et ses fournisseurs, et ouvre la voie vers de nouveaux modèles économiques respectueux de l’homme et l’environnement.

    Les 5 étapes pour faire converger numérique et écologie

    1. Choisir un hébergement vert

    Le choix d’un hébergement local favorise la démarche développement durable et permet de développer de nouvelles initiatives à l’échelle du territoire et de dynamiser l’économie locale. Favorisez, si possible, un hébergeur qui alimente ses serveurs avec des énergies vertes et renouvelables. 

    2. Opter pour une technologie économe

    Il s’agit de proposer un site éco-conçu aussi écologique que performant pour les utilisateurs. Il convient de sélectionner une technologie économe mais à la fois adaptée aux besoinsUn site réalisé avec un gestionnaire de contenu (CMS) comme WordPress est intéressant et nous vous invitons à limiter le nombre de fonctionnalités et d’options potentiellement. 

    3. Éco-concevoir un site sobre et responsive

    Pour alléger le site internet, il est possible d’agir sur le graphisme et l’ergonomie. Un site web éco-conçu est un site sobre au design épuré. Là aussi il s’agit de respecter les besoins et les contraintes tout en supprimant le superflu. Un site écologique est également responsive : l’affichage s’adapte au support utilisé (ordinateur, tablette, smartphone). Pas seulement pour le confort de l’utilisateur, mais aussi pour afficher des contenus plus légers en fonction des appareils

    4. Supprimer les fonctionnalités inutiles

    Le développement d’un site web joue sur sa consommation d’énergie : 45% des fonctionnalités demandées ne sont jamais utilisées. Aussi, Colibri communication vous conseille de supprimer toutes les fonctions inutiles. Si des fonctionnalités sont déjà créées, vous pouvez réfléchir à des alternatives et à la possibilité de les supprimer. Alléger le développement permet aussi d’optimiser le recours aux moyens humains qui sont eux aussi énergivores. 

    5. Avantager des contenus légers

    Il est important de privilégier des textes courts et concis, en découpant éventuellement les articles trop longs en plusieurs parties pour alléger les pages. En conclusion, respecter les principes de l’écriture web, qui ne servent pas uniquement au référencement. 
    Les contenus media doivent également être optimisés sans pour autant perdre leur qualité. Pour cela compressez les images en effectuant un enregistrement « pour le web » (possible sur Photoshop par exemple). Et autre conseil, qui dit site web écologique ne dit pas forcément supression des vidéos. Colibri communication vous conseille simplement de les héberger ailleurs ou de privilégier des vidéos plus légères.

    Formation professionnelle_ecoconception de support de communication_concevoir des supports de communication écoresponsables_Site web écoresponsable_numérique responsable
    7 règles du packaging durable : le pari de l’éco-conception

    7 règles du packaging durable : le pari de l’éco-conception

    Packaging durable : le pari de l’éco-conception

    Dans les poubelles des Français, les emballages représentent 20% du poids des déchets ménagers soit 50% de leur volume. En France, plusieurs facteurs sociodémographiques expliquent l’évolution de la consommation des produits emballés : la croissance de la population, la réduction de la taille des ménages, la croissance des ménages monoparentaux…

    L’éco-conception des emballages est un champ d’innovation qui permet aux entreprises d’agir concrètement pour :

    • la préservation de l’environnement dès la conception et de réduire ainsi l’empreinte écologique des déchets,
    • les économies d’emballages en tonnage aussi bien que financières

    Les 7 règles de l’éco-conception

    La plupart des démarches en matière d’éco-conception s’appuient sur des Analyses de Cycle de Vie (ACV), une approche encadrée par les normes ISO14040 et ISO14044 (disponibles sur le site de l’Afnor).

    En matière d’éco-conception, il y a plusieurs leviers pour agir :

    1. Préserver et Protéger

    Depuis le décret du 1er avril 1992, toute entreprise (producteur, distributeur, importateur) responsable de la première mise sur le marché français de produits emballés destinés au grand public doit « contribuer ou pourvoir à l’élimination de ses déchets d’emballages ménagers » .

    • Préserver et protéger le contenu des contraintes extérieures (chocs mécaniques, transferts de goût et d’odeurs, immixtion de germes, empêcher le vol, optimiser la durée de vie de produits périssables…)

    2. Informer

    • Renseigner le consommateur sur les informations légales et obligatoires (date de péremption, mode d’emploi, posologie, risques associés, composition, présence d’allergènes, prix, quantité, poids…)

    • Fournir des informations sur les conditions de production/récolte (labels biologiques ou commerce équitable, affichage environnemental obligatoire ou volontaire, appellation d’origine contrôlée…)

    3. Regrouper

    • Réunir plusieurs unités de consommation pour adapter la consommation des produits et la fréquence d’achat

    • Rassembler les produits en unités afin de permettre les modes de consommation divers

    • Assurer la promotion des produits

    • Assurer la préhension et le transport par le consommateur, faciliter la mise en rayon ou toute opération de logistique et manutention

    4. Transporter & Stocker

    • Assurer la livraison du lieu de production au lieu de vente sans dommages

    • Protéger contre toute malveillance (vol ou contaminations)

    • Informer les centres logistiques du contenu des caisses de transport

    • Assurer les possibilités de rangement chez le consommateur…

    5. Faciliter l’usage

    • Ouverture et manipulation facilitée pour divers consommateurs (seniors, enfants, sportifs…)

    • Refermeture en vue d’une consommation différée du produit

    • Multi portions en vue d’usage nomade ou de consommation fractionnée

    • Dosage au juste besoin pour limiter les pertes

    • Restitution du produit : vider au maximum l’emballage de son contenu

    • Utiliser le couple contenant/contenu pour tout mode de conservation (congélation) ou mode de préparation (cuisson au four traditionnel, four micro-ondes, bain-marie…)

    6. Industrialiser l’opération de conditionnement du produit

    • Satisfaire aux mécanisations sans arrêt intempestif sur la chaîne de production.

    • Garantir la sécurité des employés responsables du conditionnement.

    • Réaliser l’opération de conditionnement à des coûts acceptables…

    7. Être visible et véhiculer les valeurs de la marque de l’entreprise

    • Faciliter l’acte d’achat par l’identification de l’emballage au sein d’un linéaire.

    • Véhiculer les atouts et les valeurs de la marque, de l’entreprise.

    • Garantir l’acceptabilité pour le consommateur, lors des phases d’achat et de consommation du produit