L’éco-conception d’un site web

    L’éco-conception d’un site web

    Pour réduire l’empreinte écologique et environnemental, il est possible de concevoir des sites web moins énergivores et tout aussi performant grâce aux principes de l’éco-conception web.

    L’urgence climatique, la transition écologique nous amène à être acteur de nos façons de lancer une marque, d’imprimer, de co-créer des sites web ou encore de créer des applications.

    Colibri communication repense la communication globale et travaille sur l’éco-conception des sites web et applications, moins énergivores, porteuses de sens et plus respectueuses de l’environnement.

    En effet, chaque jour les français utilisent smartphone, ordinateur, tablette, console de jeux, GPS… pour acheter, communiquer, partager… Mais peut-on réduire l’impact du numérique sur notre environnement ? Est-ce que les entreprises peuvent intégrer une conception responsable des outils numériques ?

    Et oui, nous avons le choix d’être acteur de toutes nos pratiques et même celles du numérique. Au sein de l’agence de communication Colibri communication près de Saint-Malo, nous proposons la sobriété numérique et le respect des principes de développement durable et d’environnement dans l’éco-conception d’un site web. Et nous alons vous donner des clés de compréhension pour envisager le meilleur avenir et élargir le champ des possibles !

    Les 3 principaux avantages de l’éco-conception d’un site web pour une entreprise

    1. L’économie financière

    L’éco-conception d’un site web a tendance à faire réaliser des économies à l’entreprise. En prenant le temps d’optimiser la stratégie digitale avec une réflexion approfondie en amont. Notamment en axant le site web sur les besoins des clients également appellé UX Design. Tout en permettant à vos clients de consulter votre site web sur tout support également appellé Responsive Design.

    De plus, en réduisant le nombre d’applications, vous augmentez la qualité et la pertinance de votre site web. Les sites internet conçus de manière sobre et responsable ont une durée de vie supérieure. Ce qui se traduit par une économie financière pour l’entreprise.

    2. Limiter l’impact sur l’environnement

    Aujourd’hui le numérique représente entre 3 et 5% des émissions de CO² dans le monde.

    Pour réduire l’impact environnemental du numérique, l’agence de communication éco-responsable Colibri communication vous invite à allonger la durée de vie du matériel digital ou à lui donner une seconde vie.

    En réduisant le phénomène d’obsolescence programmée, nous avons également le pouvoir de réduire l’extraction des minerais en Afrique ou en Chine et donc de limiter la consommations de ressources naturelles.

    3. L’innovation technologique

    Nous vivons dans un monde où tout s’accélère. Créer de manière responsable est un véritable levier d’innovation. Opter pour des solutions digitales sobres, efficicaces et consommant moins de ressources permet de garantir une expérience utilisateur optimisée. Cette démarche d’amélioration continue apporte une vision globale et innovante sur son marché et ses produits et permet d’envisager de nouvelles perspectives de partenariats avec ses clients et ses fournisseurs, et ouvre la voie vers de nouveaux modèles économiques respectueux de l’homme et l’environnement.

    Les 5 étapes pour faire converger numérique et écologie

    1. Choisir un hébergement vert

    Le choix d’un hébergement local favorise la démarche développement durable et permet de développer de nouvelles initiatives à l’échelle du territoire et de dynamiser l’économie locale. Favorisez, si possible, un hébergeur qui alimente ses serveurs avec des énergies vertes et renouvelables. 

    2. Opter pour une technologie économe

    Il s’agit de proposer un site éco-conçu aussi écologique que performant pour les utilisateurs. Il convient de sélectionner une technologie économe mais à la fois adaptée aux besoinsUn site réalisé avec un gestionnaire de contenu (CMS) comme WordPress est intéressant et nous vous invitons à limiter le nombre de fonctionnalités et d’options potentiellement. 

    3. Éco-concevoir un site sobre et responsive

    Pour alléger le site internet, il est possible d’agir sur le graphisme et l’ergonomie. Un site web éco-conçu est un site sobre au design épuré. Là aussi il s’agit de respecter les besoins et les contraintes tout en supprimant le superflu. Un site écologique est également responsive : l’affichage s’adapte au support utilisé (ordinateur, tablette, smartphone). Pas seulement pour le confort de l’utilisateur, mais aussi pour afficher des contenus plus légers en fonction des appareils

    4. Supprimer les fonctionnalités inutiles

    Le développement d’un site web joue sur sa consommation d’énergie : 45% des fonctionnalités demandées ne sont jamais utilisées. Aussi, Colibri communication vous conseille de supprimer toutes les fonctions inutiles. Si des fonctionnalités sont déjà créées, vous pouvez réfléchir à des alternatives et à la possibilité de les supprimer. Alléger le développement permet aussi d’optimiser le recours aux moyens humains qui sont eux aussi énergivores. 

    5. Avantager des contenus légers

    Il est important de privilégier des textes courts et concis, en découpant éventuellement les articles trop longs en plusieurs parties pour alléger les pages. En conclusion, respecter les principes de l’écriture web, qui ne servent pas uniquement au référencement. 
    Les contenus media doivent également être optimisés sans pour autant perdre leur qualité. Pour cela compressez les images en effectuant un enregistrement « pour le web » (possible sur Photoshop par exemple). Et autre conseil, qui dit site web écologique ne dit pas forcément supression des vidéos. Colibri communication vous conseille simplement de les héberger ailleurs ou de privilégier des vidéos plus légères.

    Formation professionnelle_ecoconception de support de communication_concevoir des supports de communication écoresponsables_Site web écoresponsable_numérique responsable
    Intégrer la démarche zéro déchet au bureau – Interview de Michèle Meillac, Dirigeante de l’agence Colibri communication près de Saint-Malo

    Intégrer la démarche zéro déchet au bureau – Interview de Michèle Meillac, Dirigeante de l’agence Colibri communication près de Saint-Malo

    Atteindre le « Zéro déchet au bureau » est avant tout une prise de position, une philosophie de vie qui vise en priorité à consommer responsable, réduire, réutiliser, réparer, composter et recycler.

    La démarche du Zéro déchet au bureau se fait progressivement et peut être mise en place rapidement (par exemple le tri sélectif) avec de nombreuses actions. L’amplitude de la démarche est corrélée aux facteurs suivants :

    • La volonté du dirigeant d’agir sur la démarche zéro déchet en y consacrant du temps.
    • La volonté de préserver la planète avec des actions simples et quotidienne.
    • La motivation de chacun pour changer des habitudes.
    • Le niveau d’avancement de l’entreprise sur sa gestion des déchets.
    • Des acteurs qui pilotent le projet : soit direction, les services généraux, un groupe de salariés, des cabinets externes spécialisés sur les déchets…

    Il n’y a pas de petits gestes quand on est 7 milliard à les faire.

    Les clés de réussite de la démarche zéro déchet au bureau passent nécessairement par des étapes. Voici des exemples concrets d’actions mises en place au sein de l’agence Colibri communication à Saint-Malo.

    – Imprimer raisonnablement

    Configurer les ordinateurs pour des impressions (recto/verso et noir/blanc), réduire le nombre d’imprimantes par espace et le nombre d’impression, installer des bacs à brouillon, collecter le papier à jeter pour le recycler, acheter du papier recyclé…

    – Réduire sa consommation de fourniture

    Utiliser des cartouches d’encre réutilisables pour les imprimantes, privilégier les stylos avec recharges, limiter la surconsommation en sensibilisant les équipes, acheter du matériel de meilleure qualité et certifié par un Eco-label…

    – Privilégier le matériel réutilisable pour la pause café / déjeuner

    Instaurer l’usage des tasses réutilisables (mugs), supprimer les distributeurs de gobelets jetables des fontaines à eau et des machines à café, équiper l’espace cuisine de couverts lavables, consommer du café ou thé Bio équitable…

    – Organiser des séminaires / évènements zéro déchet

    Utiliser de la vaisselle réutilisable, ne pas distribuer d’objets publicitaires pour les clients qui n’est pas éco-responsable, supprimer les touillettes et les dosettes, privilégier les traiteurs « zéro plastique » bio, privilégier les achats locaux et de saison…

    – Valoriser les biodéchets

    Installer un lombricomposteur dans l’espace cuisine / ou un composteur en extérieur / ou faire récupérer vos biodéchets par une structure spécialisée, donner aux salariés le compost mûr ou l’utiliser pour les espaces verts de l’entreprise…

    – Privilégier l’occasion et le réemploi

    Proposer aux salariés ou à une Ressourcerie le mobilier de bureau qui n’est plus utilisé, recycler les meubles professionnels avec un éco-organisme , privilégier  les achats d’occasion inter-entreprises via des sites spécialisés…

    – Améliorer la durée de vie du matériel

    Faire réparer votre matériel en panne, former les salariés à une bonne utilisation du matériel pour allonger sa durée de vie, acheter un matériel de meilleure qualité…

    – Choisir le bon partenaire de nettoyage

    Instaurer de bonnes pratiques de recyclage, élaborer un cahier des charges précis pour respecter la démarche zéro déchet, proposer un suivi des quantités de déchets…

    – Optimiser le système de tri sélectif

    Comprendre et communiquer sur le système de recyclage de la ville, positionner les contenants de recyclage dans des espaces visibles, afficher une signalétique sur l’usage des contenants, sensibiliser le personnel d’entretien sur la bonne gestion des déchets recyclés…

    – Lancez vous des défis zéro dechet

    Lancer des défis « Zéro déchet le midi » pour réduire l’usage du plastique, « Ressourcerie éphémère » pour récupérer des matériels non utilisés et les redonner à des associations locales (lunettes, téléphones, textiles, vélos…), participer à une semaine de sensibilisation lors de la Semaine Européenne du développement durable…

    Cette liste d’actions n’est pas exhaustive et vous invite vous aussi à être des acteurs qui initient cette démarche au sein de la structure.

    Comment Colibri communication à intégrer la démarche zéro déchet ?

    En France, les entreprises du secteur tertiaire produisent près de 1,6 million de tonnes de déchets par an. Ces déchets sont une conséquence directe de notre mode de consommation basé sur une économie linéaire (extraire, produire, consommer, jeter).

    Pourtant, il est à la portée de toutes les entreprises, quelque soit leur niveau d’avancement sur la gestion des déchets et de tous ses salariés, quelles que soient leurs fonctions de s’engager dans une plus grande réduction et une plus grande valorisation des déchets de bureau.

    Pour réussir cette démarche, il est primordial d’être engagé en faveur du développement durable, de lancer des actions simples et impactantes, de communiquer sur ses réussites et de s’engager sur du long terme.  Initier une démarche Zéro déchet au bureau amène rapidement à changer son mode de consommation en y intégrant des notions plus larges que sont les achats responsables, les produits éco-conçus, la durée de vie d’un produit… et finalement à participer à une économie circulaire plus respectueuse des ressources de la planète et des êtres vivants.

    De plus, les actions mises en place dans la démarche zéro déchets sont également pourvoyeuse d’impact RSE pour :

    • Renforcer le lien social entre les salariés/clients et créer un véritable sentiment d’appartenance à des valeurs communes.
    • Développer l’emploi social sur le territoire (en s’appuyant sur des organisations qui emploient des personnes en insertion).
    • Promouvoir son image d’entreprise éco-responsable auprès de ses clients
    • Encourager chacun à réduire leurs déchets en entreprise et à domicile.

    déclare Michèle Meillac, Dirigeante de Colibri communication.

    Alors…Et si lundi prochain, vous aussi comme de nombreuses entreprises, pendant la pause vous alliez proposer de nouvelles actions ?

    Réduire collectivement les déchets au bureau, à la maison, c’est agir pour la transition écologique.